0

Histoire

Une histoire singulière

  • 1446
  • 8 décembre 2022
  • admin

Une histoire singulière

Au sein de la Nouvelle-Calédonie, l’histoire de la colonisation des îles Loyauté fait figure d’exception. Traditionnellement ouvertes aux migrations extérieures, annexées tardivement par la France, jugées inaptes à la colonisation pénale et civile, mais profondément marquées par les luttes d’influence religieuses, les îles Loyauté ont développé une identité unique.

Les îles Loyauté furent découvertes par les Européens en 1793. Venant de Nouvelle-Zélande et coupant un peu court au sud, Raven, capitaine d’un navire marchand anglais, découvrit des îles formant un ensemble qu’il nomma « Loyalty Islands » pour des raisons qui demeurent inconnues. Selon certains historiens, les îles gagnèrent ce nom en raison du caractère « loyal » de leurs habitants.

Peuplées par des Mélanésiens, les Loyauté furent par la suite un lieu d’installation pour les immigrants des Tonga, maîtres charpentiers, les navigateurs polynésiens, les pêcheurs samoans qui furent intégrés au sein des chefferies en raison de leur savoir-faire. Ouvéa connut plusieurs migrations polynésiennes entre le XVIe et le XVIIe siècle. Selon la tradition orale, elles venaient principalement de Wallis, dont le nom en langue est « Uvéa ».

Dès le début du XIXe siècle, les chasseurs de baleines et de cachalots se sont intéressés aux richesses en cétacés des mers du Sud. À partir de 1810-1820, les bateaux relâchaient aux îles Loyauté et dans le nord de la Grande Terre pour s’approvisionner en eau et en vivres. Une station pour l’extraction de l’huile de baleine a même fonctionné à Lifou. Mais le remplacement de cette huile par le pétrole et l’épuisement des bancs de baleines entraînèrent la fin de cette activité en Nouvelle-Calédonie après 1860.

L’appât du bois de santal, et le « blackbirding » – le trafic de main-d’œuvre des îles du Pacifique vers l’Australie – attirent aussi très tôt les trafiquants et les commerçants australiens. Ces arrivants seront également intégrés à la société locale qui bénéficiera ainsi de leurs apports techniques et de leur esprit industrieux.

La cartographie et l’hydrographie des îles Loyauté ne furent réalisées qu’en 1827 et 1840 par Jules Sébastien Dumont d’Urville, l’un des plus grands explorateurs du Pacifique, passionné par l’astronomie et les sciences naturelles.

C’est également en 1840 que les teachers de la London Missionary Society (LMS) s’établirent aux îles Loyauté pour évangéliser les autochtones et les convertir au protestantisme. La Mission mariste française, bénéficiant du soutien de l’État et de l’armée, s’installa de son côté dans les îles, le 20 décembre 1843, pour tenter de convertir les autochtones au catholicisme. Les îles Loyauté devinrent alors le théâtre, souvent sanglant, de sévères luttes de pouvoir entre les pasteurs protestants et les missionnaires catholiques. La conversion au protestantisme des chefs Naisseline à Maré (1848) et Boula à Lifou (1851) permit aux teachers Tataïo et Fao de s’implanter définitivement. Plus tard, des pasteurs européens s’installeront à Ouvéa, en 1856.

À cette époque, les autochtones utilisaient leur langue maternelle et, au besoin, le bichlamar, un pidgin anglo-mélanésien utile pour communiquer avec les commerçants ou entre les divers peuples mélanésiens. Les missionnaires protestants ont privilégié quelques-unes des langues autochtones afin de mieux évangéliser les « indigènes » — comme on appelait les Kanaks à l’époque — des îles : le drehu à Lifou, le nengone à Maré et le iaaï à Ouvéa, tandis que les missionnaires catholiques préférèrent le français.

Le succès rencontré par les missionnaires protestants explique que les îles Loyauté sont, aujourd’hui encore, à forte majorité protestante et que de nombreuses traditions restent vivantes (religieuses, culinaires ou sociologiques, mots d’origine anglaise dans les langues des îles, jeu du cricket…).

Cette histoire particulière et les métissages issus des migrations successives ont fait des Loyaltiens des Kanak « différents ». La double origine mélanésienne et polynésienne est attestée par la forme des cases — sanctuaire et symbole du clan — tantôt ronde et typiquement mélanésienne, tantôt carrée d’origine polynésienne. Les métissages avec les marins européens des siècles passés se retrouvent encore sur les visages des Loyaltiens d’aujourd’hui : traits fins, peau claire et cheveux lisses aux reflets blonds… L’isolement en a fait des marins, les migrations ont conforté leur sens de l’hospitalité, la terre généreuse a stimulé leur agriculture, les antagonismes religieux et politiques ont renforcé leur indépendance d’esprit, et la vivacité de la coutume a soudé leur communauté.

ÇA M’INTÉRESSE :

Mémorial des dix-neuf d’Ouvéa
Site et monument historique

Mémorial des dix-neuf d’Ouvéa

Ouvéa
Monument en souvenir de la prise d'otages de 1988 et des 19 militants indépendantistes tués lors de l'assaut de la grotte de Gossanah.
Mission de la Roche
Site et monument historique

Mission de la Roche

Maré
Construite en 1883, l'église de la Mission se dresse au milieu d'une abondante végétation au pied du haut rocher corallien qui a donné son nom à la tribu.
Monument dédié à l’arrivée de l’Évangile
Site et monument historique

Monument dédié à l’arrivée de l’Évangile

Maré
Situé à la tribu de Roh près de 200 m après l’église, le monument commémore l’arrivée en 1841 des premiers catéchistes protestants polynésiens venus évangéliser l’île.
Monument dédié à l’arrivée de l’Évangile
Site et monument historique

Monument dédié à l’arrivée de l’Évangile

Lifou
Sur la plage d'Ahmelewedr, se dresse le monument qui commémore l'arrivée à Lifou des missionnaires protestants Fao et Zakaria en 1842.
Monument la Monique
Site et monument historique

Monument la Monique

Maré
Face à la mer au quai de Tadine se tient le monument La Monique en hommage aux 126 personnes disparues en 1953 sur le navire La Monique entre Maré et Nouméa.
Chapelle Notre-Dame de Lourdes
Site et monument historique

Chapelle Notre-Dame de Lourdes

Lifou
Perchée sur la colline qui domine la baie de Santal, la chapelle Notre-Dame de Lourdes est un magnifique point de vue pour admirer la baie.
Eglise de Pénélo
Site et monument historique

Eglise de Pénélo

Maré
L’église de la Sainte-Croix de Penelo fut bâtie en 1910, et inaugurée en 1915.
Église du Sacré Cœur de Wé
Site et monument historique

Église du Sacré Cœur de Wé

Lifou
Construite par les missionnaires du Sacré-Cœur Xavier Montrouzier et François Palazy, cette petite église située en bord de mer ne manque pas de style.
Église du Saint-Nom-de-Marie
Site et monument historique

Église du Saint-Nom-de-Marie

Ouvéa
Depuis la plage, une majestueuse haie de pins colonnaires mène à l’église qui surplombe le lagon du haut d'une petite colline.
Église Saint Jean-Baptiste de Hnathalo
Site et monument historique

Église Saint Jean-Baptiste de Hnathalo

Lifou
L’église Saint Jean-Baptiste se trouve dans la tribu de Hnathalo dans le district de Wetr.
Église Saint-François Xavier
Site et monument historique

Église Saint-François Xavier

Lifou
L'église Saint François-Xavier à Easo est l'une des premières églises construites à Lifou.
Église Saint-Joseph
Site et monument historique

Église Saint-Joseph

Ouvéa
Construite en 1912, l'imposante église Saint-Joseph se dresse face à la mer, flanquée d'un beau bâtiment colonial.
Église Saint-Michel
Site et monument historique

Église Saint-Michel

Ouvéa
L'église catholique de Saint-Michel se trouve au centre de l'île à Fayaoué le chef-lieu de l'île.

À vOiR AuSsI :

Aucun message trouvé

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress Image Lightbox Plugin